[Calendrier de l’Avent] 15

Charterstone


Hier soir, nous avons enfin commencé notre aventure Charterstone avec Thomas et Kenny

Charterstone est un jeu issu d’un kickstarter qui a connu son heure de gloire au dernier salon d’Essen et qui vient tout juste de sortir en boutiques.
C’est très difficile de parler du jeu, car beaucoup de secrets l’entourent, nécessaires au bon déroulement du système Legacy

Un système Legacy, c’est quoi ?

Les autocollants sont sur les cartes, lorsqu’on construit ce qui se trouve sur la carte, on colle l’autocollant sur le plateau !

C’est un système, qu’on pourrait appeler campagne, dans lequel votre façon de jouer aura une influence directe sur le matériel de jeu. Les parties sont ainsi connectées les unes aux autres, chaque victoire ou défaire ayant ses conséquences.
Les modifications matérielles sont très variées.

Dans Charterstone, le jeu sera directement modifié par les actions des joueurs : construire un bâtiment permet de placer un autocollant dudit bâtiment sur une case du plateau, le gain de nouvelle cartes s’accompagnent de nouvelles règles qui s’ajoutent ou remplacent les règles existante.
Ainsi, le mode Legacy modifie aussi bien le plateau que le livret de règles lui-même !

Le jeu est annoncé pour être joué en 12 parties Legacy, durant lesquelles vous allez construire et optimiser le village, avant de devenir un jeu de gestion plus classique, rejouable à l’infini puisque la part Legacy sera terminée, dont les actions et l’optimisation dépend des décisions des joueurs lors des parties précédentes.

La première partie est par contre compliquée à mettre en place, la faute à une règles pas toujours très clair sur ce qu’on a le droit de lire ou non. Une vidéo, en anglais, est disponible sur le site de l’éditeur pour accompagner les joueurs lors de leur première partie (elle est très bien faite et ne spoile rien !)

Une fois la mise en place effectuée, le jeu se déroule tout naturellement, on pioche les cartes demandées (scénarisées) on applique les effets, on colle (ou non) l’autocollant dans le livret de règles ou directement sur le plateau.

 

Il y a beaucoup de matériel dans la boîte, réparti dans de petites boîtes opaques, pour ne pas gâcher la surprise aux joueurs. Le jeu vous indiquera lui-même quand ouvrir quoi 😉

La règle elle-même est très simple : à son tour, un joueur peut poser un de ses ouvriers sur une case du plateau pour en réaliser l’effet, si un ouvrier se trouve déjà sur cette case, il retourne dans la réserve de son propriétaire. Si un joueur a déjà tous ses ouvriers sur le plateau, son tour consiste à les récupérer, tous.
Ainsi, les joueurs vont accumuler des ressources et de l’argent, envoyer des cadeaux au Roi Eternel, construire des bâtiments, recruter des adjoints etc …

cof
Notre début de partie, à la découverte des règles !

Je suis sous le charme !
Le jeu en lui-même possède une mécanique très simple de pose d’ouvriers, les règles s’étoffent de partie en partie, et même au cours des parties, la surprise liée aux conséquences de nos actions est très ludique, on ouvre des caisses en se demandant sur quoi on va tomber !
Il ne faut ps avoir peur de passer du temps la tête dans le livre de règles ou à lire des cartes, surtout au début, puisque le jeu se modifie en direct !

Pour moi c’est un coup de coeur, et j’ai un bon groupe de joueurs avec qui résoudre le Legacy 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s